Travailleur autonome: Mode d'emploi


Travailler à son compte est bien différent d'être un employé salarié. Mais savez-vous qu'est-ce qui différencie les deux statuts? D'abord, il faut savoir qu'au Canada il existe 2 769 700 travailleurs autonomes, ce qui représente 15% de tous les travailleurs. D'ailleurs, plus de la moitié de ces travailleurs autonomes sont des femmes. Cependant, comme chaque emploi, être à son compte comporte son lot d'avantages… et d'inconvénients.

Alors, voici quelques-uns des aspects du travailleur autonome qui feraient envier tous les salariés. Pour commencer, celui qui travaille à son compte peut déduire ses dépenses de son impôt personnel et il peut contrôler ses conditions de travail. Il peut donc déterminer son horaire de travail et travailler de son domicile. Ensuite, il peut s'accorder des congés quand bon lui semble. Il peut refuser du travail, accepter d'autres contrats et même faire de la sous-traitance. Et, sans oublier, le travailleur autonome est son propre patron.

Cependant, si l'on observe l'envers de la médaille, on constate qu'il doit, entre autre, faire des investissements de capital afin d'offrir ses services et accepter un risque financier plus élevé. Le travailleur autonome n'a pas d'avantages sociaux et doit compter sur un revenu souvent irrégulier. D'ailleurs, le revenu médian du ménage d'un employé rémunéré (72 800$) est plus élevé que celui du travailleur autonome (58 800$).

Enfin, pour savoir si le statut de travailleur autonome est fait pour vous ou pas, prenez le temps de peser le pour et le contre, selon vos attentes. Et si vous n'arrivez pas à vous décider, n'hésitez pas à obtenir conseils auprès de votre conseiller financier.

 

undefined