Budget fédéral: que devez-vous retenir?


Le 22 mars dernier, un an jour pour jour après la présentation de son premier, le ministre fédéral des Finances a déposé son deuxième budget.

Le budget déposé cette semaine par le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, s’inscrit dans la continuité de celui déposé le 22 mars 2016. Il maintient notamment le recours aux déficits annuels par le gouvernement fédéral, sur un horizon de plusieurs années.

À la différence du budget 2016-2017, cependant, il ne contient pas de mesures spectaculaires comme l’Allocation canadienne pour enfants ni de grands changements à l’impôt des particuliers. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’aura pas d’effet sur nos finances personnelles…

Voici 10 idées à retenir.

D'abord une nouvelle qui n’en est pas une : les propriétaires de résidences secondaires ou d’immeubles à revenus, les investisseurs et les entrepreneurs qui craignaient un changement à l’impôt sur les gains en capital peuvent respirer. Le budget ne vient rien modifier à cet égard. En revanche, les propriétaires de PME qui espéraient un allégement de leurs impôts devront attendre au moins une autre année.

Ensuite, une nouvelle qui pourrait avoir un effet concret pour les personnes travaillant dans les secteurs concernés. Le gouvernement lance son Plan pour l’innovation et les compétences, qui vise six domaines principaux : les industries numériques, les technologies propres, l’agroalimentaire, la fabrication de pointe, les sciences biologiques et de la santé, et les ressources propres. Parmi les objectifs : doubler le nombre d'entreprises à forte croissance au Canada, surtout dans l'industrie numérique, les technologies propres et les technologies de la santé. Si vous êtes dans ces secteurs, vous voudrez peut-être vous renseigner à ce sujet.

Nouveauté importante pour les parents canadiens: le budget rendra plus souples les prestations parentales d’assurance-emploi (qui s’appliquent à toutes les provinces sauf le Québec, celui-ci disposant de son propre régime). Les parents pourront désormais toucher des prestations parentales d'assurance-emploi pendant une période prolongée pouvant atteindre 18 mois, à un taux de prestation fixé à 33 % de la rémunération hebdomadaire moyenne. Les prestations parentales d'assurance-emploi continueront d'être offertes au taux de prestation actuel de 55 % au cours d'une période pouvant atteindre 12 mois.

Deux nouvelles d’intérêt pour les personnes qui prennent soin d’un proche gravement malade. D’abord, le gouvernement crée une nouvelle prestation d'assurance-emploi pour proches aidants d'une durée maximale de 15 semaines. Cette prestation visera des particuliers offrant des soins à un membre adulte de la famille. Quant à eux, les parents d'enfants gravement malades continueront d'avoir accès à des prestations allant jusqu’à 35 semaines. Ensuite, le gouvernement met en place le crédit canadien pour aidant naturel, qui vient remplacer trois crédits d’impôt existants. Le crédit sera disponible à compter de l’année d’imposition 2017 et le montant maximal admissible sera de 6 883 $ ou de 2 150 $ selon le type de personne à charge ayant une déficience.

Vous envisagez d’acquérir de nouvelles compétences pour développer ou réorienter votre carrière ? Les critères d’admissibilité au crédit d'impôt pour frais de scolarité seront élargis à des cours axés sur les compétences professionnelles qui ne sont pas de niveau secondaire.

Si vous êtes un usager du transport en commun, sachez que le crédit d’impôt pour le transport en commun, qui pouvait représenter jusqu’à 200 $ par année, sera aboli en juin. Notez que vous pourrez néanmoins réclamer ce crédit pour les six premiers mois de 2017.

Vous êtes amateur de bons vins ? Une augmentation de la taxe d’accise sur l’alcool est entrée en vigueur dès le lendemain du budget. À 0,01 $ en moyenne par litre de vin, elle ne devrait cependant pas vous forcer à vous priver de votre plaisir. Et si vous êtes fumeur, sachez que 200 cigarettes vous coûtent désormais 0,53 $ de plus.

Le coût du logement étant une préoccupation pour plusieurs citoyens canadiens, le gouvernement a annoncé la création d’un Fonds national pour le logement, d’un montant de cinq milliards de dollars sur 11 ans. Administré par la SCHL, ce fonds appuiera notamment les innovations en matière de logement abordable.

Petite mesure discrète mais qui pourrait avoir un effet fiscal pour vous si vous êtes comptable, dentiste, avocat, médecin, vétérinaire ou chiropraticien. Le gouvernement n’autorise plus le recours à la comptabilité fondée sur la facturation, qui vous permettait de reporter à l’année suivante des revenus liés à des travaux en cours. Si vous êtes concerné, une discussion avec votre conseiller pourrait donc s’imposer.

Enfin, pour conclure sur une note nostalgique, si vous aimiez recourir aux Obligations d’épargne du Canada comme véhicule d’épargne, préparez-vous à une petite peine d’amour. Ce produit financier créé en 1946 sera graduellement éliminé en raison de son attrait décroissant. En fait, le gouvernement cessera de vendre de nouvelles obligations d’épargne dès cette année.

C’est tout ? Loin de là. Le site consacré au budget par le gouvernement fédéral n’est pas nécessairement une lecture de chevet… mais vous y trouverez réponse à toutes vos questions !

 

undefined